Hypnose et Dyslexie

Guillaume Hassler

Utilisation de l’hypnose dans la prise en charge des troubles dyslexiques

Après des études de biologie moléculaire, j’ai travaillé dans la recherche clinique pendant vingt ans. Suite à une rencontre avec un guérisseur traditionnel, j’ai réorienté ma vie professionnelle. J’ai alors suivi la formation de l’école centrale d’hypnose afin d’exercer aujourd’hui le métier de praticien en hypnose thérapeutique et j’ai choisi la dyslexie comme sujet de recherche.

La dyslexie et plus généralement les troubles « dys » sont des troubles cognitifs se traduisant par une difficulté d’apprentissage et de mise en œuvre de la lecture, du langage, du calcul, du geste ou de l’attention. Ce sont des troubles spécifiques car ils ne peuvent s’expliquer ni par une déficience intellectuelle, ni un trouble de la vision ou de l’audition, ni par un problème psychopathologique, ni enfin par un facteur socioculturel. Ils s’accompagnent d’un ensemble de problématiques psychologiques telles que la perte d’estime de soi, l’inhibition, l’anxiété, l’insomnie, conflits avec l’environnement, complexe d’échec, etc..pouvant aller jusqu’à développer une phobie scolaire. Il s’agit sans doute de la pathologie d’origine neurologique la plus importante chez l’enfant. Très peu de recherches impliquant l’hypnose ont été réalisées. Or l’hypnose est très certainement un outil formidable pour aider ces jeunes patients. Le principe est de transformer ce qui peut être défini comme une anomalie neurologique en un formidable potentiel créatif. Le travail consiste à les autoriser à se révéler. Les dyslexiques ont en effet pour la plupart d’immenses capacités.Plus curieux, plus intuitifs, plus perspicaces, plus imaginatifs que la moyenne, les dyslexiques pensent en image (pensée considérée comme mille fois plus rapide que la pensée verbale), ils perçoivent de manière multi-dimensionnelle, ils sont «bilexiques» car ils ont leur propre langage. Galilée, Rodin, Einstein, Edison, Léonard de Vinci, Spielberg étaient (est) dyslexiques.

L’apprentissage de la lecture est une activité mettant en œuvre un ensemble permanent d’opérations mentales de décodage. L’enfant cherche à mettre en correspondance ce qu’il voit et ce qu’il entend.

J’ai donc imaginé une métaphore autour de la thématique d’un capitaine qui va apprendre à arrimer son bateau pour le stabiliser afin de suggérer au patient une nouvelle solution d’orientation pour qu’il ait davantage de facilités à lire un texte.

De plus le travail hypnotique consiste également à un renforcement de la confiance en soi et de l’estime de soi afin d’éliminer les effets annexes de la dyslexie.