Hypnose dans le contexte de l’anesthésie

Hypnose dans le contexte de l’anesthésie

F. Lakdja, F. Sztark

L’hypnose induite, dans le contexte anesthésique, voit son utilisation s’étendre dans nombre de blocs opératoires ou salles de radiologie et procédures interventionnelles. Cet engouement est le résultat des très nombreux essais favorables de cette psychothérapie brève. Cependant, d’autres études cliniques contrôlées restent nécessaires pour confirmer ces bénéfices. Les mécanismes d’action de ce processus thérapeutique ont été étudiés de manière objective sur le plan neurophysiologique. Les indications sont larges, intéressant l’enfant, mais aussi l’adulte ou la personne âgée. La période préopératoire est un moment à privilégier pour utiliser l’hypnose. L’hypnose thérapeutique semble également apporter un bénéfice pour les chirurgies et procédures médicales mineures. Elle est une plus-value pour la prévention des douleurs, des nausées et vomissements postopératoires et permet une meilleure réhabilitation postinterventionnelle. Cette approche complémentaire aux moyens utilisés par l’anesthésiste nécessite parfois d’être abandonnée pour une conversion en anesthésie générale. L’hypnose thérapeutique pré- sente parfois des limites dans son application. Ces restrictions dépendent du contexte, de la personnalité du patient. Le risque d’induction de faux souvenirs n’est pas rare. Une formation universitaire, un encadrement pédagogique et une pratique, effectuée par des professionnels de la relation d’aide, fondée sur les principes éthiques de la médecine demeurent incontournables pour exercer, en sécurité, l’hypnose clinique et thérapeutique dans le cadre des interventions et des procédures médicochirurgicales.

© 2017 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.